Parentalité

Le désir d’enfant n’est pas une obligation dans la vie d’un couple ou d’une personne.

Au moment de sa concrétisation, les lesbiennes suivent généralement un parcours spécifique pour avoir un enfant.

Si vous résidez en Belgique et que vous désirez fonder une famille, diverses possibilités s’offrent à vous :

La Procréation Médicalement Assistée (PMA)

Elle s’adresse aux femmes, en couple ou célibataires. Cette procédure permet la possibilité d’une fécondation par insémination intra-utérine, autrement dit par une insémination artificielle. Cette méthode consiste, grâce à la Fécondation in vitro (FIV), à recueillir un maximum d’ovocytes à maturité et à les mettre en présence d’un grand nombre de spermatozoïdes mobiles. Un à deux embryons seront ensuite introduits dans l’utérus afin qu’ils s’implantent dans l’endomètre et se développent jusqu’au terme de la grossesse.  

Les centres de procréation assistée acceptent pour la plupart les demandes des couples lesbiens même si ce droit n’est pas le fait d’une loi mais bien d’une absence d’interdiction. Il est important de bien choisir le centre car la procédure est longue et implique de nombreuses visites au centre.

La majorité des centres proposera une première rencontre afin d’aborder le projet d’enfant. Cela permettra à l’équipe médicale d’évaluer l’adéquation du projet et de la PMA mais également d’apporter leur meilleur encadrement possible.

Ensuite, un entretien est prévu chez la psychologue afin d’analyser de manière objective le désir d’enfant, la projection future et la réaction de l’entourage. Ces multiples entretiens peuvent sembler injustes, mais ceux-ci sont appliqués à toute personne faisant la demande de PMA.  

Ce choix de parentalité offre aux lesbiennes la possibilité d’élever à deux un enfant. La parente porteuse sera assignée d’office à la parentalité tandis que la conjointe devra effectuer une déclaration de naissance à la commune et, si celles-ci sont en cohabitation légale, alors la partenaire sera également considérée comme parent.

La coparentalité

Cette méthode est l’association de plusieurs coparents dans un projet familial commun qui dépasse la plupart du temps le cadre du couple.

La coparentalité peut se présenter sous diverses configurations : il pourrait s’agir d’un couple de lesbiennes qui décident de faire un enfant avec une personnes gay ou hétérosexuelle, en couple ou non, et, à l’inverse, un couple gay qui s’associerait avec une femme lesbienne ou hétérosexeuelle, en couple ou non.

Cette méthode, consiste en un contrat entre deux personnes qui établissent des règles sur le partage de l’autorité parentale et du droit de garde. La famille va alors se composer de deux, trois ou quatre parents : deux parents biologiques et des partenaires qui vont s’engager vis-à-vis de l’enfant dès sa conception. Ceux-ci n’auront pas le statut de “parent” mais celui de co-parent.

Il est conseillé de se rendre chez une notaire pour ce type de procédure afin d’officialiser le contrat, de poser le cadre délimitant les rôles et les interventions de chacune dans la vie de l’enfant (pensions alimentaires, tours de garde, rythme de vie, choix scolaires…). Tout peut être revu et remis en question devant la juge de la famille dans l’intérêt de l’enfant.

La gestation pour autrui (GPA)

Cette procédure ne bénéficie pas d’une législation spécifique en Belgique. Recourir à une mère porteuse y est pourtant toléré quand ça ne tend pas à un but pécunier.

En Belgique, nous recensons quatre hôpitaux spécialisés en GPA:

  • Hôpitaux universitaires de Gand et d’Anvers
  • Hôpital Saint-Pierre à Bruxelles
  • Centre Hospitalier Régional de la Citadelle à Liège

En Belgique, la législation concernant la GPA n’a pas d’encadrement clair. Pour plus de renseignements, n’hésite pas à contacter un des hôpitaux la pratiquant, un avocat ou un juriste.

Si vous avez recours à une GPA faite à l’étranger, vérifiez avant la procédure et les démarches afin de pouvoir accueillir l’enfant en belgique.

L’adoption

Il faut choisir :

  • En Belgique : Les lesbiennes peuvent adopter depuis 2006. C’est une longue procédure qui dure plusieurs années
  • A l’international : Cela n’est plus proposé aujourd’hui car presque aucun autre pays n’a signé d’accord d’adoption pour les couples homosexuels avec la Belgique.

Famille d'accueil

Être famille d’accueil, c’est accompagner un enfant qui a une situation de vie difficile. C’est également favoriser son épanouissement en lui apportant un cadre affectif et en répondant aux différents besoins nécessaires à son évolution. Les parents d’accueil s’engagent ainsi à veiller à l’éducation de l’enfant et à favoriser le lien avec ses parents biologiques.

L’accueil est une démarche qui regroupe le point de rencontre de plusieurs projets: celui de la famille d’accueil, de l’enfant et celui des parents biologiques. La cohésion de ses projets sont importants pour apporter un “mieux-être” à l’enfant.  

Devenir famille d’accueil est ouvert à toute personne qui s’engage volontairement dans cette démarche.

A noter : on ne devient généralement pas les parents légaux des enfants que l’on accueille.